Si vous voyez cet avis, votre navigateur ne supporte pas correctement les recommandations de la W3C sur le XHTML et le CSS.

 

Photos et réseaux sociaux : le droit des enfants à la vie privée

 

 

Bébé qui fait son premier sourire, l’entrée en maternelle de votre aîné, fiston allongé sur son lit d’hôpital… toutes les occasions sont bonnes pour publier une photo de vos enfants. Mais où est la limite? se demande un chercheur britannique.

 

Cette question est importante, car tout ce que l’on publie sur Internet devient une empreinte numérique qui va suivre les enfants toute leur vie. Il est donc possible qu’en publiant des photos d’un enfant sur les réseaux sociaux, comme Instagram et Facebook, on ne respecte pas sa vie privée et son droit à l’intimité. Est-ce que cet enfant, quand il aura un compte Instagram ou Facebook à l’adolescence, sera heureux de revoir une photo de lui en train de danser en couche dans le salon?

Les parents devraient être les premiers à enseigner la protection de la vie privée à leur enfant. Le chercheur recommande même de demander la permission à son enfant – même s’il n’a que 3 ans – avant de publier une photo de lui sur les réseaux sociaux. Il conseille également de ne pas mentionner la date de fête de l’enfant, ou encore l’endroit où il va à la garderie ou à l’école dans les publications, et ce, pour des questions de sécurité.

Les parents devraient aussi donner le bon exemple. Par exemple, ils devraient respecter la vie privée de leur enfant et son droit à l’intimité lorsqu’ils publient une photo de lui, tout comme ils le feraient avant de publier une photo d’un ami. Enfin, chaque parent devrait réfléchir à ce qu’il s’autorise à mettre en ligne ou pas sur son enfant, et en aviser les autres membres de la famille afin qu’ils respectent ce choix.

 

 

 

 

 

 

 

Sources : The Conversation et Commissariat à la protection de la vie privée du Canada